Forum Gay Guadeloupe
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 115 le Dim 23 Juin 2013 - 4:08
Les posteurs les plus actifs du mois
Scred97130
 
ginto92
 

Derniers sujets
» travesti la pute
Hier à 16:52 par Invité

» Planq sex gwada
Hier à 16:50 par Invité

» Plan cul cool
Hier à 16:46 par Invité

» cherche mec a sucer
Sam 19 Aoû 2017 - 2:07 par Invité

» Black sympa mignon ttbm
Lun 7 Aoû 2017 - 19:33 par Invité

» metro pour local
Jeu 3 Aoû 2017 - 15:55 par ginto92

» Plan baise Capesterre
Mar 1 Aoû 2017 - 2:09 par Scred97130

» Nouveau actif
Lun 31 Juil 2017 - 2:38 par Invité

» Tarare aujourd'hui
Dim 30 Juil 2017 - 20:50 par odin

Meilleurs posteurs
djédjé (275)
 
your_yuki_sama (232)
 
kokotayé (215)
 
isafred972 (193)
 
jolicherie (184)
 
Metrotlse (126)
 
Murielle (125)
 
karukeraman (122)
 
jeno (119)
 
♥ DeEsRyEsS ♥ (106)
 


butch ou fem: no gender

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

butch ou fem: no gender

Message par Pix le Mar 21 Aoû 2012 - 10:50

au détour de mes périgrinations ouébiennes je suis tombée sur ce texte que je trouve vraiment très beau.

Texte écrit pour la Ladyfest de Rennes dans le cadre d'un atelier "no gender". Ce texte illustre parmi beaucoup d'autres, une performance de Rachele Borghi. (texte réutilisable, imprimable en citant la source)

Je me définis No gender parce que je n'appartiens pas foncièrement à un genre donné. Sans doute que cela se rapproche des FtX ou FtUnknow (female to x, female to Unknow) mais je n'aime pas, pour moi, le Female to parce que je ne transitionne pas, je ne transitionnerai sans doute jamais et que je me sens dans ce genre fluide depuis toujours sans ce besoin d'aller vers...

Je me fous qu'on me féminise mais j'aime aussi qu'on masculinise, souvent d'ailleurs, en privé, dans mes relations, parce que j'en ai besoin, parce que j'aime être dégenrée mais aussi parce que je me sens parfois un parfait connard amoureux. Aussi parce que ça arrive souvent que ce soient mes relations qui le fassent. Elles le sentent et/ou elles le savent parce qu'on en parle, parce que c'est ce qui les attire, cet étrange mélange féminin-masculin présent, ce genre ambivalent.

Ce ressenti, c'est dans les tripes, ça vient de loin. Je n'ai aucun besoin de changer mon corps, celui ci s'adapte à mes propres désirs, avec ses propres attitudes, qu'elles soient masculines ou parfois plus féminines.

Je n'ai jamais lu les théories sur le genre. Je ne suis pas une théorie. Je suis complexe et enchevêtré dans plusieurs sensations. C'est un beau bordel.

Je ne suis pas un homme mais je ne suis pas entièrement une femme. Je suis moi, une entité sans définition claire de genre. Oui, on m'a assigné meuf dès ma naissance mais ça ne m'a jamais posé de souci puisque j'ai sans doute eu la chance d'avoir toujours eu ce fort caractère et d'avoir pu imposer depuis tout môme ma façon d'être. Pas de jupe, ni d'autres effets féminins mais pas de mécanique non plus. Le trouble putain, le trouble encore.

Je me ballade avec une sorte de corps bourré de sa propre liberté d'être. Je ne sais pas si tout est clair. Pour moi, ça l'est parce que c'est tellement profond. C'est aussi pour ça que ma parole ne sera toujours que ma parole.
Jamais je ne pourrais dire ou écrire là dessus pour d'autres parce que l'intime ne touche qu'à soi-même (même si on partage cette intimité)

Je suis et j'espère, serai, toujours fière d'avoir un vagin, d'être une meuf, une gouine. Même si parfois, j'ai un rejet de mon corps, ce n'est d'ailleurs pas le fait d'être une meuf qui me dérange. C'est plutôt lié à la grosseur de ce corps. Ça aussi, ce serait un sacré sujet d'échange, parce qu'il y en a dire sur ces putains de normes qu'on nous impose et que parfois, même entre nous, je peux sentir bien présentes. Je ne juge pas puisque moi aussi je me les inflige ces foutues codes, ces standards.

Je ne réfléchis jamais en posant la notion de genre. Je réfléchis en étant qui je suis, de l'intérieur un cerveau plat ou bouillonnant mais jamais genré.
J'existe à travers ce trouble mais aussi par cette force, cette liberté. Je m’octroie le droit d'être ce que je décide quand je le décide. Rien n'est posé, rien n'est parfait.

Peut-être qu'en étant gouine, butch, j'ai eu la chance aussi d'avoir pu expérimenter toute sorte de sexualités avec des meufs, que j'ai ainsi pu me retrouver avec d'autres butch dans des relations plutôt "pd", avec des fem plus dans une sorte de binarité mais même là, le trouble existe. Je ne prends jamais autant de plaisir que quand une fem me baise en se collant derrière moi. Soumise et insoumise. Masculine et femme. Ou rien de tout ça.

source: Source DWE http://dirty-week-end.blogspot.fr/

tiré de: No gender. http://butchetcie.blogspot.fr/

qu'en pensez vous?
avatar
Pix

Age : 36
Localisation : Languedoc
Messages : 93
Membre depuis le : 17/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum