Forum Gay Guadeloupe
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 7 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 115 le Dim 23 Juin 2013 - 4:08
Les posteurs les plus actifs du mois

Derniers sujets
» Recherche des filles pour du plaisir
Jeu 9 Nov 2017 - 10:28 par Paulo

» Cherche jeune black
Ven 3 Nov 2017 - 18:57 par Invité

» vivre gay à Marie Galante
Sam 28 Oct 2017 - 0:22 par francoisdavid

» nouvelle arrivé
Jeu 19 Oct 2017 - 14:56 par issaba

» Sex discret sur gwada.
Mer 18 Oct 2017 - 10:39 par Invité

» Docteur !!!
Ven 13 Oct 2017 - 18:22 par Invité

» Rencontre entre 15 et 20 ans
Mar 3 Oct 2017 - 22:07 par Viinsoou

» Nouveau actif
Mar 3 Oct 2017 - 22:06 par Viinsoou

» passif sur bt
Mar 3 Oct 2017 - 22:04 par Viinsoou

Meilleurs posteurs
djédjé (275)
 
your_yuki_sama (232)
 
kokotayé (215)
 
isafred972 (193)
 
jolicherie (184)
 
Metrotlse (126)
 
Murielle (125)
 
karukeraman (122)
 
jeno (119)
 
♥ DeEsRyEsS ♥ (106)
 


FRANCE-GUYANE du 06/01/2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FRANCE-GUYANE du 06/01/2012

Message par djédjé le Lun 9 Jan 2012 - 17:55

Myriam, lesbienne : « Je fais tout comme tout le monde »

Sébastien ROSELÉ & Thomas FETROT France-Guyane 06.01.2012

Elle fait un métier d'homme mais elle est très féminine. Ce n'est pas le seul cliché qui va être balayé. Rencontre avec Myriam (1) , une Guyanaise de 42 ans qui vit avec une femme et qui revendique le fait d'être comme tout le monde.
Rendez-vous avec Myriam dans son appartement cayennais. Elle bosse « dans le secteur maritime » . Elle préfère rester anonyme dans l'article. Non qu'elle n'assume pas ce qu'elle est. « Mais c'est pour ma famille. Ma mère accepte ma vie, pas les autres » . Mais au fond, si on l'identifie « ce n'est pas si grave que ça » .
Myriam découvre qu'elle est attirée par les filles à ses 9 ans. « La première femme que j'ai aimée, c'était ma prof d'anglais mais elle ne le savait pas. » Elle a toujours vécu avec des femmes. Jamais d'hommes. Sa mère, dont elle nous parle un peu, a eu des expériences homo. Myriam l'a su plus tard. D'autres personnes dans sa famille sont également lesbiennes. Le problème n'est pas là. « C'est en s'affichant qu'on découvre qu'il y a beaucoup de tabous. On voit la réalité de la vie des homos quand on décide de s'afficher. » Et pour elle, le fait d'être lesbienne en Guyane est à la fois plus difficile et moins compliqué qu'ailleurs.
Plus simple « parce qu'il y a énormément de personnes qui sont bi ou qui sont homosexuelles mais qui le cachent. Même si on ne sait pas qu'elles le sont, elles sont plus souples que l'hétéro qui ne veut rien entendre. » De toute façon, explique-t-elle, grâce à l'émergence d'une nouvelle génération, la diffusion de nouveaux programmes télé, l'homosexualité en Guyane a tendance à se banaliser. Le côté négatif, c'est « ce petit groupe de personnes qui sont complètement fermées sur l'homosexualité [...], une petite minorité mais qui peut faire mal. » Elle se souvient d'un homme absolument contre les homos. Elle s'est rendue compte que c'était parce qu'il était secrètement attiré par les hommes mais qu'il refusait de l'admettre.
Les réactions des autres peuvent vite être insupportables
Être homo c'est d'abord vivre avec quelqu'un. Les réactions des autres peuvent alors vite être insupportables. « Quelque fois on a peur d'aller dans certains lieux avec sa partenaire et on préfère y aller seule. » Mais pas elle qui a décidé « de toujours vivre (sa) vie » . Le quotidien d'un homosexuel, raconte-t-elle, ce sont les blagues vulgaires, les « tu es homo parce que tu n'as pas trouvé le bon mec » et ce genre de réjouissances. Même si elle évolue dans un milieu professionnel composé majoritairement d'hommes, elle se fait respecter. « Si vous montrez que les réflexions vous touchent, c'est fini. Il faut rigoler. » Au fil du temps les mauvaises blagues « se sont espacées » . Quant aux collègues trop lourds, elle s'en éloigne.
Pour elle, la question du mariage des homosexuels est « hypocrite car on a le droit de vivre ensemble, ce n'est pas hors la loi, mais on n'a pas le droit de se marier » . Myriam est pour ce mariage qui permet la « sécurité » des partenaires. « Même les hétéros, s'ils se marient, c'est pour avoir la sécurité. Ce n'est pas une histoire d'hommes ou de femmes. Ce sont avant tout deux personnes. En ne légalisant pas le mariage, l'État retarde l'acceptation de l'homosexualité. »
Elle prend plaisir à décrire avec ironie sa vie dans toute sa banalité et sa normalité. « Je fais tout comme tout le monde : les courses, les activités sportives, je mange, je travaille, je voyage. C'est pareil. La seule différence c'est la personne avec laquelle on vit. » Et de glisser, pince-sans rire : « Si je me blesse, j'ai mal comme une autre. Je tombe malade comme une hétéro. »
(1) Son prénom a été modifié.

LE FAIT DU JOUR -
Le mariage homosexuel ? Non à 64%

Un sondage réalisé sur franceguyane.fr laisse apparaître une forte réticence à voir le mariage homosexuel être légalisé.

La question posée sur franceguyane.fr est des plus simples : êtes-vous pour la légalisation du mariage homosexuel ? Les personnes qui ont souhaité répondre à ce sondage (dont vous pourrez retrouver les résultats en page 7 de cette édition) sont au nombre de 192. Le résultat se révèle être très largement en défaveur de cette évolution. En effet, pas moins de 64% des votants rejettent l'idée d'un mariage homosexuel. Sur Facebook, la question a également été posée aux internautes. Elle a suscité de nombreuses réactions, aussi diverses que variées. En l'occurrence, elles sont parfois aussi courtes et catégoriques que « oui » ou « awa » , mais parfois plus développées. « C'est contre la logique des choses » , clame un intervenant. On peut aussi lire : « Je suis pour le respect de chacun, mais là ce serait abuser » , « Non, non et non, pourtant je tolère mais pas le mariage » , etc. Certaines réactions se veulent à la fois agressives et homophobes, donc ne peuvent être retranscrites dans ces lignes. D'autres avis défavorables au mariage homosexuel s'appuient sur une vision religieuse : « Dieu, à travers la bible, dit que l'homosexualité est une abomination. A la création il y eut Adam et Eve, et non Eve et Eva ou Adam et Jacques. » Il va sans dire que les opinions défavorables ont été contrebalancées par des partisans du mariage homosexuel. « Celui qui se revendique d'une religion ou d'une autre devrait ne vouloir qu'une chose, le bonheur de son prochain » ... Néanmoins, comme pour le sondage, les avis défavorables exprimés sont plus nombreux que ceux en faveur du mariage homosexuel.

LE FAIT DU JOUR - CHANTAL BERTHELOT Députée de la 2e circonscription Je suis pour


Le mariage est une institution qui est importante pour certains afin de consolider une relation, et qui l'est beaucoup moins pour d'autres. Le mariage pour les homosexuels peut offrir à ceux qui le souhaitent la possibilité de consolider leur union. Donc je suis pour. Mais ce sera comme pour tout le monde, la décision de se marier dépendra de l'éducation de chacun. On voit que de plus en plus de pays européens ou l'Etat de New-York, aux Etats-Unis, reconnaissent cette union. Il existe en France une proposition de loi à ce sujet déposée par les socialistes.

LE FAIT DU JOUR - JEAN-ETIENNE ANTOINETTE sénateur maire de Kourou Je voterai oui

C'est une question grave pour la société. Je suis persuadé qu'historiquement, ça va se faire. C'est inéluctable. La France a fait un premier pas avec le Pacs. Si vous me demandez si la société, notamment en Guyane, est prête à accepter le mariage homosexuel, je vous réponds non. Si vous me demandez si je voterai favorablement à une loi l'autorisant, je vous réponds oui. Parce qu'il faut que la France retrouve sa position avant-gardiste. Le législateur, quelquefois, doit savoir anticiper l'évolution de la société.

LE FAIT DU JOUR - 3 QUESTIONS A David Auerbach Chiffrin, de l'association Tjenbé Rèd Prévention.

Il milite pour la cause homosexuelle à Paris, aux Antilles et en Guyane.
Nous avons fait un sondage sur le mariage homosexuel. Que vous inspirent ces résultats ?
Presque 40% pour l'ouverture du mariage aux couples de même sexe, alors qu'il n'y a pas encore eu de débat public sur cette question, c'est déjà un progrès notable. Cette question du mariage est une question d'égalité. Et l'égalité, ça ne se découpe pas en morceaux (...).
Pourquoi le mariage homosexuel est si important alors qu'il existe le Pacs ?
Souvent, quand on parle de mariage, on pense à la cérémonie religieuse. Or ce qui nous importe est le mariage civil et le contrat républicain. Aucune association homosexuelle ne demande le mariage religieux. Nous demandons le contrat de mariage car bien des questions ne sont pas réglées par le Pacs. En cas de décès du ou de la partenaire, la personne survivante peut violemment être écartée, selon le cas, des obsèques, de l'héritage ou des pensions de réversion. Derrière cette question du mariage, il y a la question de l'adoption qui engendre beaucoup de fantasmes alors que beaucoup de personnes homosexuelles ou bisexuelles ont déjà des enfants, puisqu'elles ont été mariées puis divorcées. Il faut ouvrir les yeux sur cette réalité en Guyane. Les parents homosexuels sont des parents comme les autres. L'homosexualité n'est pas contagieuse ni héréditaire mais ces parents, dans la même proportion que les hétérosexuels, peuvent eux aussi avoir des enfants homosexuels. Et, preuve que ce sont des parents comme les autres, même pour eux, c'est alors un choc!
Je tends à croire qu'il est plus difficile d'être homosexuel en Guyane, car il y a moins d'habitants et qu'ils sont plus dispersés. Les gens se connaissent davantage, la difficulté de se déplacer est plus grande, ce qui doit produire un contrôle social plus important. Ce qu'il faut savoir, c'est qu'on n'est pas homosexuel tout seul. Il faut bouger pour faire des rencontres (...).
Qu'est-ce que vous aimeriez dire aux personnes qui sont méfiantes, pour ne pas dire haineuses, à l'égard des homosexuel (le) s ?
Les personnes homosexuelles ou bisexuelles ne sont pas des extraterrestres [...]. Ce sont des gens comme tout le monde. C'est votre cousin, c'est votre voisin qui répare votre moto, c'est votre commerçant. Ce n'est pas un truc de blancs. Ce n'est pas un truc de noirs. C'est un truc d'humains.
Contact de l'association Tjenbé Rèd Prévention qui a depuis peu une antenne en Guyane : prevention@tjenbered.fr


Il faut aussi lire les remarques ici :

http://www.franceguyane.fr/regions/guyane/myriam-lesbienne-je-fais-tout-comme-tout-le-monde-06-01-2012-112762.php

djédjé
avatar
djédjé

Age : 43
Localisation : Capesterre-B-E
Messages : 275
Membre depuis le : 06/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum